art. 14, avril 2009 • Michaël de Saint Cheron: «Peut-il y avoir une spiritualité agnostique?» (2007)

 

Aux deux questions : Qu'est-ce que la mort ? et : Pourquoi la mort ?, nulle religion n'a apporté de réponse – ni ne pourra en apporter, à l'exception peut-être du bouddhisme, car elles sont par essence des questions sans réponse. Le christianisme et l'hindouisme  pour s'être particulièrement penchés sur cette double question, veulent signifier avant tout que la mort n'est qu'un passage vers une vie céleste ou une métempsycose, mais disant cela ils escamotent l'invincible mystère de ce passage. La croyance en la résurrection dit trop rapidement, et ce faisant, trop facilement, que le fait de mourir n'est rien d'autre qu'un passage pour aboutir à une autre forme de vie de l'âme ou de je-ne-sais-quoi, alors qu'il est une totalité impénétrable, un terme – une rupture abyssale. Il est étrange d'ailleurs de constater à quel point le christianisme et le bouddhisme, par ailleurs si radicalement différents, convergent d'une certaine manière sur l'idée de passage, d'une autre vie.

 

Télécharger l’article complet.

 © www.malraux.org

Pour citer ce texte :

de SAINT CHERON, Michaël : «Peut-il avoir une spiritualité agnostique ?», article mis en ligne le 13 avril 2009. URL : <http://www.malraux.org/index.php/articles/724-200913mcheron.html>.
Texte téléchargé / consulté le [date précise du téléchargement].