7 juin • Hommage à Jorge Semprun

«Ce qui frappe chez Malraux, c’est son intelligence politique stratégique. Dans Les Conquérants, la crédibilité du récit fera croire à Trotsky que Malraux était un agent du Komintern ! Or, il écrit à partir d’une intuition. Il n’a passé que quelques jours à Shangaï où se situe la trame de son roman. La même intuition, on la retrouve lors de son engagement en Espagne. Le putsch des fascistes a lieu le 18 juillet 1936. Le 22, Malraux est à Madrid et il dit aux Républicains : « il vous faut une aviation ». Quelle intuition prodigieuse !» C’est Jorge Semprun qui s’exprimait ainsi à Collioure en 2009.

Ce qui frappe chez Semprun, c’est l’immense humanité de l’intelligence, c’est la très vive intelligence de l’écriture, c’est l’ardent engagement au service de l’humanité, de l’intelligence et de la culture, tout cela qu’associe son plus célèbre ouvrage, L’Ecriture ou la Vie. «Le seul hommage que je puisse lui rendre, que nous puission lui donner, c’est de le lire et le relire tout simplement.» a déclaré Florence Malraux au moment de l’inhumation de Jorge Semprun (12 juin 2011).

Lire «L’hommage à Jerge Semprun» par Michaël de Saint-Cheron.

 

semprun
 
Collioure, 2009.
Francesc Vicens i Giralt, Françoise Wagener, Jorge Semprun, Florence Malraux.
Photographie de Karin Müller.