Dakar 66. Chroniques d’un festival panafricain

 Affiche du Festival réalisée par l'artiste Sénégalais Ibrahima Diouf                                                      2016-dakar-66-affiche-bd           

L’affiche du Festival réalisée par Ibou Diouf.

 

26129778965_95ec380eb5_b         26129749445_e896d037a3_b

 

Avril 1966 : le premier « Festival Mondial des Arts Nègres » ouvre ses portes à Dakar. Les plus grands noms des scènes culturelles d'Afrique et de la diaspora s'y donnent rendez-vous.

 

À propos de l’exposition

Au programme de festival : pièces de théâtre, spectacles de danse, projections de films et expositions, l'ensemble lancé par un grand colloque. L'événement deviendra l'un des moments-clés de la mise en scène de la négritude, courant littéraire et politique, notamment élaboré par le président sénégalais Léopold Sédar Senghor dans les années 1930 et 40.

Plutôt qu'une approche documentaire, l'exposition s'intéresse aux traces et aux représentations visuelles produites pour saisir, voire instrumentaliser, une telle manifestation. Se dessinera une réflexion autour des enjeux culturels et politiques investis dans un événement qui a marqué les imaginaires du panafricanisme à l'époque de la guerre froide.

(Texte du musée.)

Le site du musée propose de télécharger le «Texte de l’exposition».

Autre document du musée, bien mieux documenté : «Installation. Dakar 66

 

Aller vers le texte que Malraux prononça pour l’ouverture solennelle du Festival. Le musée du Quai Branly a oublié et Malraux et son discours. Libre à lui de donner du sens à ses omissions.

 

26103863136_d55ce8bedd_k