E/1954.07.98 — André Malraux : «En 1954, André Malraux me disait…» (entretien avec Roger Stéphane)

E/1954.07.28 — André Malraux : «En 1945, André Malraux me disait…», Carrefour [Paris], 28 juillet 1954, p. 7 et 8. Extraits d'un entretien accordé à Roger Stéphane.


 

 

André Malraux et Roger Stéphane

 

En 1945, André Malraux me disait…

 

Extrait 1 : 

Je lui dis avoir fait lire ses livres aux communistes internés et que tous préférèrent Le Temps du mépris.

— Naturellement, c'est un navet.

— Ils trouvent les autres «confusionnistes».

— La vérité est toujours confusionniste.

 

Extrait 2 :

— Que pensez-vous de l'amour de Gide pour Bach ?

— C'est pas plus bête que son amour pour Racine.

Je proteste avec véhémence.

— Je viens de relire ce prétendu chef-d'œuvre : Phèdre, que d'effets ratés ! Les Français aiment Racine, parce qu'ils ont posé une fois pour toutes qu'il incarnait la France. Or, la France ne peut pas s'incarner en quelque chose de médiocre. Ça les amène à dire que Racine est admirable.

 

Extrait 3 :

— Quand on a écrit ce que j'ai écrit et qu'il y a le fascisme quelque part, on se bat contre le fascisme, quand on a écrit ce que j'ai écrit et qu'il y a la guerre en France, on la fait. Je suis ici à cause de ce que j'ai écrit. Et il continue, non moins véhément, mais avec soudain un accent faubourien et hargneux :

— On en a assez des intellectuels qui n'ont pas fait de résistance parce qu'ils avaient une fille de dix-huit ans. Nous aussi on en a, des femmes (avec une voix un peu plus sourde), quand elles ne sont pas mortes, et des enfants.

 

Extrait 4 :

Désirant orienter Malraux sur son œuvre, je change de sujet de conversation et lui dis la sympathie que j'ai pour Garine.

— C'est mon seul personnage dessiné. Les autres, volontairement d'ailleurs, ne sont qu'ébauchés. Parce que Les Conquérants sont une monographie, sont le livre de Garine. Même La Condition humaine n'est pas le livre de Kyo. Mais, naturellement, vous m'avez confondu avec Garine.

— Non, je vous ai confondu avec tous vos personnages. Chacun m'apparaît comme étant un peu de vous.

— C'est la même chose chez Dostoïevski.

 

Pour télécharger l’article de Carrefour.

 

Roger_Stephane_1944

Roger Stéphane en 1944