Exposition au Musée Pouchkine «Les Voix du silence. Le muée imaginaire d’André Malraux»

 

Musée des Beaux-Arts Pouchkine (Moscou), du 1er décembre 2016 au 12 février 2017

 

 Exposition

«Les Voix du silence. Le musée imaginaire d’André Malraux»

 

L'exposition a été préparée et par Madame Irina Antonova, présidente du musée, une équipe de conservateurs et d’universitaires russes et des spécialistes français dont le professeur François de Saint-Cheron (commissaire français de l'exposition).

 

Le musée imaginaire de Malraux est composé d'environ 250 œuvres. On y trouve notamment :

 

 

Saint Thomas à la pique de Georges de la Tour,

le Portrait de Luis María de Cistué y Martínez de Goya (tous deux du Louvre) ;

le Georges Clemenceau de Manet, 

Scène de comédie de Daumier,

La Clownesse Cha-U-Kao de Toulouse-Lautrec (tous trois Musée d'Orsay) ;

Jazz Band de Dubuffet (prêté par le Centre Pompidou, œuvre qui appartenait à Malraux) :

une nature morte de Picasso et une Tête d'otage de Fautrier (Centre Pompidou) ;

une reine khmère du XIIIe siècle (Musée Guimet) ;

plusieurs masques africains (Quai Branly) ;

une nature morte de Braque ainsi que Le Baptême du Christ et le Christ aux outrages de Rouault (Musée d'art moderne de la Ville de Paris) ;

la grande Tête de Balzac en bronze (Musée Rodin).

Plusieurs sculptures égyptiennes sont prêtées par le Neues Museum de Berlin ;

Le déjeuner de Velasquez par le musée de Budapest ;

Le Colosse (longtemps attribué à Goya) ainsi qu'une nature morte de Zurbaran, par le Prado ;

Le Christ chez Marthe et Marie de Velasquez et La jeune femme jouant du virginal de Vermeer, par la National Gallery de Londres. 

De plus, provenant du musée Pouchkine lui-même et d’autres collections russes : des eaux fortes de Goya tirées des Désastres de la guerre, le Saint-Jean Baptiste du Greco, un Portrait de vieille femme de Rembrandt, Le Grand Bouddha de Gauguin, un Nocturne de Chagall, les illustrations de La Condition humaine par Alexeieff.  Des œuvres ayant appartenu à Malraux seront également exposées. 

 

Photographies confiées à malraux.org par Monsieur François de Saint-Cheron.

 

musee_puchkine_facage

L’entrée du Musée Pouchkine durant l’exposition Malraux.

 

puchkine_greco

S. Jean Baptiste par Le Gréco (musée Pouchkine), Portrait de Paul III par l’atelier du Titien (musée de l’Ermitage, Saint- Pétersbourg), Portrait de vieille femme par Rembrandt (musée Pouchkine).

 

puchkine_afrique

Masque bamikeke (musée du Quai Branly), figurines des Indiens Hopi (coll. Florence Malraux)

 

puchkine_goya

« Le Colosse » école de Goya (musée du Prado), « Les Trois Croix » de Rembrandt (eau-forte, musée Pouchkine).

 

puchkine_livres

De gauche à droite : éditions russes du « Musée imaginaire », des « Antimemoires », des « Voix du silence ».

 

puchkine_fsc_i.antonovapg

 M. François de Saint-Cheron, commissaire français de l’exposition et Mme Irina Antonova, présidente du Musée Pouchkine.

 


 

 

17 Velasquez  Christ in the House of Mary and Marthe c. 1620 Oil on canvas, 60 x 103,5 cm National Gallery, London   In this early work, Velázquez refers to the gospel according to St Luke, which tells of a visit by Christ to the house of Martha and Mary. While Mary sat at his feet to listen to his words, Martha busied her~elf with work in the kitchen; eventually, she came to him and said: "Lord, dost thou not care that my sister has left me to serve alone? Bid her therefore that she help me." To which Christ replied, "Martha, Martha, thou art careful and troubled about many things; but one thing is needful: and Mary has chosen that good part, which shall not be taken away from her." (St Luke 10:40-42). The composition of the painting, with a kitchen scene in the tradition of the "bodegones" taking up the foreground, while the scene involving Christ is presented as a view or a mirror image, is clearly influenced by the art of the Netherlands. Even the plump, ruddycheeked figure of Martha and the still-life arrangement of fish, garlic, eggs and paprika, recall examples of Northern European art. Moreover, this picture is charged with a strange sense of tension and restlessness. The events reflected in the mirror, bathed in a mild light and exuding an atmosphere peace and calm, are contrasted with the foreground image of loud and busy work. Through highlighting and formal diversity, the artist sets a scene that is clearly dissatisfactory to Martha. She is not concentrating on her work, but gazes full of yearning, on the verge of tears, and slightly angrily, as though she already realized that Mary had chosen the better part.    ....Web Gallery Of  Art

Vélasquez : Le Christ chez Marthe et Marie. 1618. Londres. National Gallery.

 

95618_20834_1000x667

Saint Thomas à la pique de Georges de la Tour. Vers 1635. Paris. Le Louvre.

 

 

a-nagy-buddha-1899

Le Grand Bouddha de Gauguin. 1899. Moscou. Musée Pouchkine.

 

 

Neues Museum Berlin. Dezember 2016.

 

tetearmarna1

 

tetearmana2