art. 20, juin 2009 • Sylvie Howlett : «Eros, Thanatos et l’entomologie dans « La Voie royale »» (INEDIT)

 

Peu importe que Michelet figure la pierre et Dostoïevski le briquet ; l'essentiel réside dans l'étincelle qu'en tire Malraux.

Lorsque Michelet s'émerveille, dans L'insecte, des ruses que déploie la société pour éluder la mort, il évoque une « furie d'invention » qui trouve son écho dans la définition freudienne de la culture, au service d'Eros. Rien n'illustre mieux cette pulsion fourmillante qui « tend à rassembler la substance vivante en unités de plus en plus grandes » que la société des insectes. Mais il ajoute que « l'amour implique la mort ». Cette furie d'expansion détermine donc la disparition de ce qu'elle absorbe.

On sait combien Malraux admire Michelet et Dostoïevski, mais leur influence sur son œuvre reste oblique ou métaphorique. L'étude intertextuelle permet de rendre hommage à la façon dont Malraux phagocyte des œuvres et se les approprie. Il « ne crée pas [plus] pour s'exprimer » que pour les exprimer, mais il peut les « exprimer pour créer ».

Dans son analyse du vivant, et notamment des insectes, Michelet découvre une étonnante faculté d'organisation et d'expansion. Sa représentation de l'univers entomologique suggère une totalité qui nie toute individualité, une jungle gluante qui absorbe et digère tout. On comprend que Malraux en retrouve des échos quand il dépeint la jungle asiatique en inversant le trajet de la métaphore. Mais ses descriptions en parataxes, métaphores et autres épanorthoses prennent à leur tour leur objet dans un enchevêtrement de jungle et un cheminement pressé d'insectes.

Lire la suite : télécharger l’article.

(Séminaire Malraux, 2 mars 2009)

 

INEDIT / © www.malraux.org

logo