«Une intrigue des cubistes» : Bernadette Soubirous et Notre-Dame de Grâce de Cambrai – article

Le Miroir des limbes, II, V, Œuvres complètes, t. III, «Pléiade», p. 750 :

Malraux, à Picasso :

– On vous a parlé de l’image de la Vierge apparue à Bernadette ?
– Quelle Bernadette ?
– Celle de Lourdes. Elle a vu la Vierge de la grotte. Elle entre au couvent. Des âmes pieuses lui envoient toutes sortes de statuettes de Saint-Sulpice. Elle les flanque dans un placard. Stupéfaction de la supérieure : “Ma fille, comment pouvez-vous mettre la Sainte Vierge dans un placard ? – Parce que ce n’est pas elle, ma Mère !” Restupéfaction. “Ah ?… et comment est-elle ? – Je ne peux pas vous expliquer…” La supérieure écrit à l’évêque, qui apporte les grands albums des principales images de la Vierge, ceux du Vatican. Il lui montre Raphaël, Murillo, etc. N’oubliez pas que ça se passe sous le second Empire, qu’elle est une jeune paysanne, bergère je crois, qui n’a certainement vu, dans son bled, que des Vierges sulpiciennes, baroques à la rigueur. Elle fait non de la tête, toujours non. Au hasard des feuillets, passe la Vierge de Cambrai, une icône. Bernadette se lève, exorbitée, s’agenouille : “C’est elle, Monseigneur !”
Je vous ai dit, la Vierge de Cambrai est une icône. Repeinte, ornée de vagues angelots; mais ni mouvement ni profondeur, aucun illusionnisme. Le sacré. Et Bernadette n’avait jamais vu d’icône…
Il réfléchit :
«Vous êtes sûr ?
– Les lettres de l’évêque ont été publiées. Et à qui aurait servi le mensonge ?
– Une intrigue des cubistes !… Tout de même, je voudrais bien la voir, sa Vierge…
– Elle est toujours à Cambrai. Je vous enverrai la photo.
– Quand ?
*      *
*

 

Bernadette Soubirous et l'icône de Cambrai

La publication de la La Tête d'Obsidienne suscita un échange de points de vue entre Malraux et l'abbé René Laurentin, grand spécialiste des apparitions mariales. Dans Le Figaro, Laurentin mit en cause l'authenticité de l'anecdote que l'écrivain rapporte à propos de Bernadette Soubirous : celle-ci aurait formellement reconnu la Vierge des apparitions dans Notre-Dame de Grâce de Cambrai (Le Miroir des limbes, Œuvres complètes, t. III, «Pléiade», p. 749-750). «La version qui est parvenue à M. Malraux était visiblement tardive, enjolivée», écrit l'abbé, qui avertit que les sources et documents concernant Bernadette sont beaucoup plus vagues sur l'affaire que ne le suppose le texte de Malraux. La jeune fille, à qui l'on a montré une Vierge dite de saint Luc, n'aurait déclaré que ceci : «Il y a quelque chose, mais ce n'est pas ça, non ce n'est pas ça.» Malraux enchaîna : «Je préférerais : “Ce n'est pas ça, mais il y a quelque chose.”» Au sujet de cette polémique, l'abbé Laurentin m’a écrit qu'il a été «diplomate, mais [qu']il est […] clair que l'identification de la Vierge de Cambrai est bien fragile…et [qu']elle doit son succès à ce qu'elle honore cette belle et vénérable image.» (14 mai 1992)
 
J’ai cherché dans es publications de René Laurentin et dans d'autres sources encore. Je peux rapporter ce qui suit.
 
Dans sa volumineuse et très détaillée Histoire authentique des apparitions (complétée du reste par la publication de l'ensemble des documents officiels concernant les apparitions de Lourdes), Laurentin explique comment Bernadette ne put reconnaître la Vierge ni dans la statue façonnée à partir de ses propres descriptions par le sculpteur Joseph Fabisch, ni dans les autres représentations qu'on lui soumit. Concernant Fabisch, René Laurentin écrit :
C'était en 1863, cinq ans après les apparitions, cinq ans avant que l'iconographie et l'histoire aient répandu une version susceptible d'influencer un artiste. Un sculpteur lyonnais de grande réputation; qui plus est, un spécialiste : le premier statuaire de la Salette, Joseph Fabisch, issu d'une famille polonaise, fut choisi pour évoquer, à l'emplacement même où elle était apparue, la vision de Bernadette. […] 
L'artiste prit sa tâche à cœur. Il fit le voyage de Lourdes […] pour s'informer de vive voix auprès de Bernadette. Il feuilleta avec elle un album de gravures pour y trouver sa piste, lui fit subir un interrogatoire précis. 
Il avait abordé l'épreuve avec appréhension. N'allait-on pas lui proposer un programme contraire aux règles de l'art ? La perspective d'une nouvelle Vierge de la Salette le hantait comme un épouvantail. La description de la voyante dissipa ses craintes, l'enthousiasma. […] Il aurait été jusqu'à dire à Bernadette : «Quand tu verras la statue, je veux que tu dises : c'est Elle.» […] 
Le 31 mars 1864, la statue arrivait au presbytère de Lourdes. 
Bernadette fut mandée. De la caisse bourrée de paille, le marbre de Carrare émergea, étincelant, en présence de l'abbé Peyramale et du Père Ollivier, dominicain : «Est-ce bien cela ?» demanda ce dernier. 
La jeune fille habituée à la docilité, à l'obéissance, à l'amen perpétuel essaya d'acquiescer. Mais la phrase s'empêtra sur ses lèvres; elle se reprit, et dit, énergiquement cette fois : «Non ce n'est pas cela !»
Elle aura ultérieurement l'occasion de s'exprimer plus nettement encore.
Quant aux représentations qu'on montra à Bernadette, l'abbé Laurentin écrit:
Bernadette, si sévère pour l'œuvre de Fabisch, n'a-t-elle pas exprimé son approbation à l'égard de plusieurs autres [images de la Vierge] ? Six représentations revendiquent ce privilège. 
[…] En fait, on a beaucoup exagéré les “approbations” de Bernadette en la matière. Commençons par les deux cas les plus favorables : Vierge dite de saint Luc et Notre Dame des Eaux. Bernadette y a seulement trouvé quelque point de ressemblance fugitive, qui lui faisait dire, avec beaucoup de restriction : «Il y a là… quelque chose». Quoi ? C'est ce qu'on ne lui a pas fait préciser. […] Dans l'un et l'autre cas, la ressemblance a sa contrepartie très marquée: «Ce n'est pas ça, non ce n'est pas ça», dit nettement Bernadette au sujet de la Vierge de saint Luc. 
«Oh que celui qui l'a faite sera attrapé… au ciel», murmure-t-elle devant Notre Dame des Eaux. 
Quant aux autres modèles, l'apparence d'approbation relève de la lassitude complaisante de Bernadette, ou de la gentillesse de ceux qui transcrirent ses réponses.
L'abbé Laurentin remarque en note qu'il existe une tradition orale des approbations de Bernadette. Ajoutons que la «Vierge de saint Luc» est une représentation dérivée d'une icône, que Bernadette a vue dans un album apporté par Fabisch.
 
Dans un autre ouvrage intitulé Bernadette vous parle, l'abbé Laurentin précise ceci concernant la réaction de Bernadette à la vision de la statue apportée par Fabisch :
«Est-ce bien cela ?» dit [Mgr Peyramale] avec une sorte d'inquiétude. 
Saisie par la ferveur générale, l'enfant «joint les mains», elle s'efforce de surmonter une secrète impatience qui n'a pas échappé au père Ollivier. Elle «murmure» la réponse attendue : «C'est bien cela…» 
Puis, après un silence, et avec un accent de regret, presque de dépit: «Non, ce n'est pas cela […].»
La réflexion fut étouffée dans les cercles officiels, comme il arrive en pareil cas.»  
Huysmans rapporte l'anecdote de la déception de Bernadette découvrant la statue de Fabisch, mais pas celle de l'icône :
La bonne Bernadette s'y connaissant, sans doute, fort peu en art, mais elle ne put s'empêcher de sourire de pitié quand ce Fabisch lui présenta ses esquisses et ses maquettes. Il n'en continua pas moins de modeler et de durcir ses pains de margarine et ses bols de cérat et, quand la statue fut terminée, Bernadette, que l'on consulta pour savoir si elle ressemblait à la Vierge, répondit : «Pas du tout» ; puis quelque temps après, alors qu'elle la vit, en place, dans la grotte, elle dut s'éloigner aussitôt, ne pouvant, nous raconte un témoin oculaire, le Dr Dozous, supporter la vue d'une telle image ! 
Ajoutons, pour attester le manque absolu de talent de ce très pieux homme, qu'il avait vu Bernadette en extase, qu'il avait par conséquent aussi vu un reflet divin éclairer une figure humaine et tout cela pour aboutir à cette effigie de première communiante, à cette tiède, à cette molle fadeur ! Ah ! ce qu'à notre époque la piété ne donne pas de talent ! Est-ce, dans toutes les branches de l'art, assez prouvé ?
Dans la revue éditée par l'Atelier du Cœur-Meurtry de l'abbaye de la Pierre-qui-vire, dans le Morvan, analysant «la valeur religieuse, chrétienne, sacrée» d'œuvres d'art, dom Eloi Devaux note ceci en conclusion de son étude : «Les œuvres ont parlé éloquemment. Nous avons suivi le thème du Christ, nous aurions pu suivre une ligne parallèle pour la Vierge. Cet épisode de la vie de sainte Bernadette n'est-il pas significatif : “Comme on lui montrait un album d'images de la Vierge, elle rejeta avec horreur celles de la Renaissance, toléra celles de fra Angelico mais s'attarda avec une certaine satisfaction sur des fresques ou des mosaïques tout à fait primitives, raides, dépersonnalisées”.» L'auteur de l'article ajoute cette source que j’ai retrouvée grâce à Brian Thompson : «R. P. Martindale, What the saints looked like — Catholic Truth Society B. 397». On y lit :
«Bernadette, ever courteous, yet steadily refused to admit that any of the staures of Our Lady of Lourdes were al ‘like’ her  – “Oh non ! ce n’est pas Elle !“ : shown an album of pictures of Our Lady, she rejected with horror the Renaissance ones : she tolerated Fra Angelico’s; bud lingered with a certain satisfaction over quite early, rigid, depersonalised mosaics or frescos. An I too, for devotional purposes, prefer quite un-realistic icons, or perhaps, some very naive paper print.» 
Ailleurs le père Cyril Martindale écrit :
«M. Fabisch, to whom the making of a statue for the grotto had been trusted, came to see for himself the attitude he was to give his Madonna. He for his part was overwhelmed, as all were, by the dignity and sublimity that her whole face and form assumed. “My statue”, he said, “must be truly she”. “Ah”, said the child, when at last it was shown to her, “it is very beautiful — but She ? No, no Ce n'est pas Elle.” “C'est la moins mal” – “it's the least unlike”, was the warmest praise she ever gave to a picture of her vision. Bernadette was, later on, shown an illustrated album containing pictures of Our Lady. She opened it at those of the Renaissance period, and shut the book with a cry of horror. She was told that there were others, and was offered some copies of fra Angelico's Madonnas. She lided them ; she said they were pretty, but — not Herself. After a moment she cried out. Had she, then, found a picture of Our Lady ? Well — she had discovered the old Byzantine painting known as St. Luke's Madonna. Still was it not Herself — but in it she found something… well, that she could recognize. Where all realism had adbicated, there found the nearest approach, among all of them, to the Real.»
Dans une monographie consacrée à l'image qui nous occupe, éditée à l'occasion du 500e anniversaire du culte rendu à Notre-Dame de Grâce, C. Thelliez montre comment l'anecdote de Bernadette appartient au même type de tradition qui considère que saint Luc est l'auteur historique de l'icône et qui exprime donc par là, à sa manière, son étonnante compréhension de l'œuvre. Le Père Thelliez écrit :
Les contemporains de Fursy de Bruille [qui a rapporté l'œuvre de Rome] ont admis communément que l'image de la Vierge si nouvelle pour eux, était l'œuvre de saint Luc. 
[…] Les Cambrésiens […] avaient une très grande affection envers la bienheureuse Mère de Dieu et […] la pieuse croyance que l'image honorablement placée en la chapelle de la Sainte Trinité, peinte par le bienheureux Luc, évangéliste, était l'image même de la Vierge qu'il avait vue corporellement «A beato Luca evangelista ipsammet virginis quam corporaliter viderat effigiem depicta». 
A ce propos on pourrait signaler un témoignage, contemporain il est vrai, que l'abbé Bègne rapporte. Au dire de l'évêque d'Aire, monseigneur Delannoy, la voyante de Lourdes, sainte Bernadette, devant un certain nombre d'images de la Vierge qu'un religieux lui présentait, déclara en s'arrêtant à la représentation de Notre-Dame de Grâce de Cambrai : «Voilà ce que je trouve de plus ressemblant». 
Cependant, le Chapitre lui-même […] n'a jamais, dans les actes de ses registres, affirmé la certitude de cette assertion de la ferveur populaire. Jusqu'au moment où le scribe emploie définitivement le vocable de Notre-Dame de Grâce pour désigner l'image de la Vierge honorée dans la chapelle de la Trinité, les actes portent toujours la mention : “Imago a beato Luca depicta ut pie dicitur” ou bien : «Ut pie creditur», image peinte par le bienheureux Luc, comme on le dit pieusement, comme on le croit pieusement. 
Dans son Histoire de Notre-Dame de Grâce, patronne du diocèse de Cambrai, l'abbé Bègne rapporte les propos tenus en 1905 à l'archevêché de Cambrai par Mgr Delannoy, évêque d'Aire. L'abbé Bègne se sert très fidèlement du compte rendu écrit du témoignage de Mgr Delannoy. Voici ce compte rendu :
Il y a quelques semaines, Mgr Delannoy, ancien doyen de St-André à Lille, venait rendre à Mgr l'archevêque la visite qu'il avait lui-même reçue à Aire pendant le carême dernier. L'évêque d'Aire resta près de trois jours l'hôte de Mgr Sonnois; il fut heureux de célébrer deux fois consécutivement la saint messe à N.-D. de Grâce envers qui le prélat a gardé une confiance sans bornes : «Elle m'a tant aidé pendant mon séminaire !» a-t-il répété à plusieurs reprises. Et puis : «Je l'ai portée autrefois à la procession de l'Assomption». Ces souvenirs semblaient doux au vénérable octogénaire. «Mais voici, ajouta-t-il, en s'adressant à monseigneur l'archevêque et au cercle d'ecclésiastiques [M. le vicaire général Sonnois, MM. le chancelier et les secrétaires de l'archevêché, M. l'archiprêtre] qui l'écoutaient avec beaucoup d'intérêt et une religieuse attention, voici des souvenirs personnels tout intimes concernant votre Madone de Cambrai. Dans un de mes voyages à Rome, ayant terminé mes affaires, je me mis à étudier certains quartiers de la ville éternelle que je connaissais moins et j'arrivai ainsi à visiter l'église de Santa Maria in via lata. Ce sanctuaire, d'après la tradition, a été bâti à l'endroit qu'habita saint Luc durant les séjours qu'il fit à Rome où il accompagna saint Paul jusque dans sa captivité. L'église supérieure ne m'offrit rien de remarquable, sauf les colonnes de jaspe de Sicile qui séparent les nefs. Je descendis dans la crypte cherchant toujours une trace de l'évangéliste, un souvenir qui rappelât son passage, quand tout à coup mon attention est attirée par une antique peinture, toute patinée par le temps; je m'approche et après l'avoir examinée soigneusement, je reconnus la traditionnelle image de Notre-Dame de Grâce dont on attribue l'original à saint Luc lui-même. Qui a peint ce tableau ? Je ne le sais pas, mais son antiquité prouve du moins qu'on a voulu garder dans ce lieu le souvenir de l'évangéliste en reproduisant à son intention les traits de la Madone qu'il avait fixés lui-même le premier en artiste et en saint. 
«Et puisque nous parlons de Notre-Dame de Grâce, continua aimablement le prélat, voici un autre fait qui n'est pas moins intéressant pour vous. Vous n'ignorez pas que Bernadette, la voyante de Lourdes, n'a jamais voulu reconnaître la physionomie du visage de Marie dans l'expression que les fabricants ont donnée aux statues de Notre-Dame de Lourdes. Un jour, elle s'en plaignait à un éminent religieux qui l'avait discrètement interrogée à ce sujet. Le religieux possédait un album des Madones les plus connues du monde catholique. Il le fit voir à Bernadette : “De toutes ces images de Marie, voyez celle qui donne le mieux la ressemblance de la divine Mère”. Bernadette ou plutôt sœur Marie Bernard feuilleta l'album avec attention, examina à plusieurs reprises quelques types qui la frappaient davantage, et enfin s'arrêta émue devant une image byzantine aux traits réguliers, au regard empreint d'une douceur profonde comme son amour : “Voilà, dit-elle, ce que je trouve de plus ressemblant”. C’était l'image de Notre-Dame de Grâce de Cambrai. Je tiens, dit en terminant Mgr Delannoy, l'anecdote du religieux lui-même qui, en me la racontant, ne pensait pas s'adresser à un serviteur fidèle de votre Madone.» 
Nous avons demandé à Mgr Delannoy l'autorisation de consigner ces faits dans les Annales de N.-D. de Grâce; le prélat nous l'a accordée bien volontiers. Et nous l'en remercions à nouveau en songeant au plaisir qu'en éprouveront nos lecteurs. […] 
L'abbé Bègne parle à propos de la réaction de Bernadette d'«une bien curieuse attestation d'authenticité» et ajoute ce bref commentaire personnel : «Et il faut reconnaître que la fille de Soubirous était, en l'occurrence, le plus compétent des juges.»
 
Aujourd'hui, l'anecdote à laquelle Malraux a donné sa plus puissante signification est évoquée tant sur un mur de la chapelle de la cathédrale où est exposée l'icône que sur les brochures proposées aux fidèles, aux pèlerins ou aux touristes. Le plus étonnant – et cela aurait sans doute ravi Malraux – est que l’icône de Cambrai, grâce à Bernadette, à Malraux et au chanoine Denis Lecompte, connaît depuis quelques années un regain d’intérêt religieux et artistique : une reproduction de plus d’un mètre cinquante (l’icône a un format de 35,7 cm sur 25,7 cm) a été solennellement installée dans le sanctuaire de Lourdes en 2002. Notre-Dame de Grâce a été prêtée en 2004 au Metropolitain Museum à l’occasion de l’exposition «Byzantium : Faith and Power (1261-1557)»; le New York Times du 26 mars 2004 l’a présentée (voir ci-dessous l’article de Michael Kilmmelman). L’Osservatore Romano du 15 août 2004 a consacré un article aux liens unissant Notre-Dame de Grâce et Bernadette Soubirous (voir ci après), au moment où le pape Jean Paul II (qui cite Malraux à la fin de son Entrez dans l’espérance) se rendait une dernière fois à Lourdes. Voilà où peuvent mener les «intrigues des cubistes».
 
cp – 12 juillet 2009
 
cambrai
 
La cathédrale de Cambrai où est vénérée l’icône Notre-Dame de Grâce
 
vierge2
lourdes2

 Icône d’une Vierge dite de saint Luc

La Vierge de Lourdes selon Joseph Fabisch
(antipode esthétique de la précédente image ?)

soubirous
 cambrai2
 Bernadette Soubirous

 L’icône de la cathédrale de Cambrai,
Notre-Dame de Grâce, dite selon saint Luc

 luc1 luc2
Une tradition fait remonter l’icône à saint Luc l’évangéliste lui-même qui aurait peint
la Vierge montrant son fils. C’est que saint Luc a donné son nom à l’évangile qui contient
cette exceptionnelle icône verbale de Marie qu’est le Magnificat.
 
 

Eléments de bibliographie
 
  • Maryan W. Ainsworth, «349. The Cambrai Madonna (Notre-Dame de Grâce)», in Helen C. Evans [édit.], Byzantium. Faith and Power (1261-1557), New York, The Metropolitan Museum of Art – New Haven and London, Yale University Press, 2004, p. 582-584. Catalogue de l'exposition du même nom, Metropolitan Museum, 23 mars – 4 juillet 2004.
  • Raffaele Alessandrini, «Bernadette et l’icona di Cambrai», Osservatore Romano, domenica 15 agosto 2004, p. 4. Télécharger l’article.
  • Abbé Bègne, Histoire de Notre-Dame de Grâce, Cambrai, éd. O. Masson, 1910. Voir p. 10.
  • Dom Eloi Devaux, «L'Agonie de l'art sacré», Zodiaque, t. 1, no 2, 1er  mai 1951. Voir p. 24.
  • J.-K. Huysmans, Les foules de Lourdes, Grenoble, Million, 1993 (1906).
  • Michael Kimmelman, «Art review. Decay and Glory : Back to Byzantium», The New York Times, 26 mars 2004. Article en ligne.
  • René Laurentin, «André Malraux, Bernadette et la Vierge de Cambrai», Le Figaro littéraire, 13 avril 1974, p. 9 et 12.
  • René Laurentin, Bernadette vous parle, t. I : Lourdes (1844-1866), Paris – Lourdes, éd. P. Lethielleux – Œuvres de la Grotte, 1972. Voir p. 309.
  • René Laurentin, Lourdes. Histoire authentique des apparitions, t. III : La quinzaine des apparitions. Problèmes fondamentaux. Le site, la foule, Bernadette, l'extase, l'apparition, les secrets et la chronologie, Lourdes – Paris, Œuvres de la Grotte – éd. P. Lethielleux, 1962. Voir p. 137-140 et 184.
  • Denis Lecompte, L'icône de Notre-Dame de Grâce. Si aimée des humbles, comme des têtes couronnées, de ste Bernadette et de Malraux, Cambrai, Presbytère de la cathédrale, 1996. (Brochure de 15 pages.)
  • Félicien Machelart, Le culte de «Notre-Dame de Grâce» à travers l'histoire, Cambrai, Musée de l'art religieux, 1971. Catalogue de l'exposition d'août 1971.
  • Félicien Machelart, Note sur le tableau Notre-Dame de Grâce à Cambrai depuis 1451, Archives diocésaines, Cambrai, 2002.
  • Malraux, «La réponse d'André Malraux : “Mais il y a quelque chose”», Le Figaro littéraire, 13 avril 1974, p. 12.
  • Cyril C. Martindale, s.j., Bernadette of Lourdes, Londres, Catholic truth society, 1931. Voir p. 50-51.
  • Cyril C. Martindale, s.j., What the Saints looked like, Londres, Catholic truth society, 1947. Voir p. 4.
  • «Souvenirs personnels de S. G. Mgr Delannoy, évêque d'Aire et de Dax sur Notre-Dame de Grâce de Cambrai», Annales du sanctuaire de N.-D. de Grâce, 2e année, n° 22, juillet 1905, p. 153-154.
  • Cyrille Thelliez, La merveilleuse image de Notre-Dame de Grâce de Cambrai. Cinq siècles d'histoire. 1451-1951, Cambrai, H. Mallez, 1952. Voir p. 11-12.
 
 
cambrai1

 
© «www.malraux.org», Présence d’André Malraux sur la Toile, 2009
logo.