Chiromancie malrucienne. «Bravo», 19 février 1937.

«L’écrivain André Malraux. – Une main féminine. Sensibilité très vive qui, freinée, prend les apparences du cynisme. Une chance très belle qui trouve sa fatalité (heureuse ou malheureuse) dans le sentiment. L’enfance fut souvent attristée. Un état maladif donna pendant quelques années un peu de timidité. Puis, brusquement, la confiance en soi est venue. En contact permanent avec le public, malgré les réticences. Goût très cultivés. Passion des voyages. Orgueil, volonté, esprit de domination. Le tout réglé par une très belle intelligence.»